Adieu Berthe, bonjour Epona

Suite à notre mésaventure sur la D 1090, je ne pouvais décemment en rester là. Après une brève, mais alors très brève période de doute, du genre : « vais-je continuer ou non les voyages en 2 roues »… s’en suis une phase d’euphorie : « je pense avoir trouvé mon bonheur ». Une réplique de la grosse Bertha, mais en mieux… enfin j’espère…Bertha était aussi noire qu’Epona est blanche. Toutes les deux bavaroises d’origine et pourtant si différentes. Bertha était plus fine, plus menue dans son aspect général avec déjà un certain niveau d’esthétisme. Epona est plus ventrue et n’a pas peur d’afficher outrageusement son embonpoint. Son intelligence est omniprésente. Ce qui ne me rassure pas particulièrement, mais avais-je réellement le choix ? …

En effet, lors de notre première rencontre, j’ai craqué pour elle. Je la voulais blanche aux hanches bien larges. Légèrement sur-baissée, pour mieux la « prendre » entre mes jambes. Elle est encore célibataire et me fait de l’œil. « Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue. Elle a tiré la première, m’a touché, c’est foutu ». Je rougis d’envie. Et moi, qui rêvais de voyages interdits, de gestes défendus. Je l’enfourche prudemment, elle me convainc par le plaisir ressenti. Je l’emmène.

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

*

Epona

epona

Visiteurs

  • 53Cet article:
  • 0Visiteur actuellement en ligne:
  • 6151Visiteurs Total:
  • 24 janvier 2017Compteur activé le :

Localisation