Visite majeure

Quelques journées aux allures printanières, un soleil bien ancré dans le bleu du ciel, voilà de quoi aiguiser notre envie d’enfourcher la GS. Mardi 18 mars en fin d’après-midi, nous décrochons du quotidien pour 24h, direction le Lac Majeur.

On transpire dans les 1ers km…. mais pas pour longtemps.
De Brigue, on prend rapidement de la hauteur, empruntant la route du col du Simplon.

 

 

A peine a-t-on amorcé les premiers virages que l’hiver reprend ses droits. Le mercure dégringole, les murs de neige longeant la voie recadrent le décor dans la saison. Arrivés au col, à 2000 m , on traverse rapidement un vaste paysage montagneux flanqué de son hospice, avant de plonger vers les étroites gorges de Gondo, où en octobre 2000, un terrible éboulement emporta des vies et une partie des bâtiments du village.

Coup d’œil, au passage, sur le Château Stockalper et clin d’œil à son propriétaire Gaspard Jodok von Stockalper , surnommé le « Roi du Simplon ». Il érige un empire commercial profitant du col pour importer-exporter ses marchandises. Il y fait aménager un chemin muletier au 17e siècle. Mais la première route carrossable sera finalement construite par l’empereur Napoléon au début du 19e.

La route est belle, l’environnement alpin magnifique avec ses parois rocheuses abruptes plongeant sur nous.

Mais déjà le jour décline, il faut songer à s’arrêter. Une nouvelle fois, Guy a tout prévu. Nous dormirons en Italie, à Varzo, pittoresque village du Piémont. Son centre historique ne laisse pas le visiteur indifférent. D’étroites ruelles pavées, une église romane visible à la ronde et une tour de signalisation en font un village fort charmant aux allures moyenâgeuses.

Un bon repas italien, une bonne nuit, et nous voilà d’attaque le lendemain matin.

Vers 9h, la GS reprend la route allègrement.

De Massera, nous entamons une boucle qui nous conduira tantôt sur sol italien, tantôt sur sol suisse.

Une halte photo dans la petite ville de Re, où un imposant édifice logé au tournant de la route accroche le regard : « le Sanctuaire de Notre-Dame du sang/ Santuario Della Madonna Del Sangue » A la suite de l’effusion de sang sur une fresque de Notre- Dame en 1494 , ce temple digne du miracle a été construit au 17e siècle .

La bavaroise enchaîne les courbes au rythme d’une danseuse…nous y voilà…dans la vallée tessinoise des Centovalli qui tire son nom des nombreuses vallées latérales. Zone de transit entre la Suisse et l’Italie, la route s’étire sur 150 virages au-dessus des gorges profondes creusées par la Melezza . Les paysages sont d’une grande beauté. Sur le chemin, de nombreux villages avec d’anciens grotti et des traditions encore bien vivantes.

Au sortir d’une courbe, un buisson en fleur, un palmier, les couleurs du printemps… Locarno à un jet de pierre.

Le paysage alpin en arrière-plan , on goûte au printemps sur les bords du lac Majeur, admirant au passage forsythias , magnolias en fleur et rives du lac.

De Domodossola, nous reprenons de la hauteur et bouclons notre circuit à Massera avant de nous lancer dans la montée vers le col du Simplon qui ponctuera cette sortie de St-Joseph. 

Télécharger

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

*

Epona

epona

Visiteurs

  • 14Cet article:
  • 0Visiteur actuellement en ligne:
  • 4548Visiteurs Total:
  • 24 janvier 2017Compteur activé le :

Localisation